Catégories
couture

La tenue « Parce que je le vaux bien »

Certains jours sont plus difficiles à vivre que d’autres. Vous savez: ces jours ou la Terre entière a décidé de se liguer contre vous pour vous faire comprendre que vous ne connaissez rien à rien et que vous faites tout de travers!

… Ah, on me dit que je suis peut-être en plein délire de persécution et que non, la Terre entière (plantes et animaux compris, bien sûr), ne peut pas avoir pris ce genre de décision.

Bon. Tant pis pour moi. J’y croyais, pourtant. Je vais boire mes gouttes et dire merci à la dame, je vous retrouve après. (Ceux qui savent savent que des patientes gentilles comme moi, ça ne court pas les rues, au passage!)

Maintenant que j’ai bu mes petites gouttes sans essayer de les verser dans les toilettes, de mettre une claque à l’infirmière, d’appeler au secours par la fenêtre ou d’argumenter pendant des heures sur le bien fondé de ce traitement, nous allons pouvoir avoir une discussion sereine sur ces jours là. Ces jours où on voudrait crier à la face du monde que ça suffit, maintenant, on est quelqu’un de super bien, super classe d’abord. D’ailleurs, si tu savais, je (insérer ici ce qui vous semble être votre plus grand atout et vous place à chaque fois face à un mur d’incompréhension).

Ces jours là, j’ai envie d’avoir des vêtements super classes. Du style: je les porte et tout le monde s’incline. Parce qu’un vêtement c’est bien: pas besoin d’argumenter, tout est visible au premier coup d’œil.

C’est dans cet esprit (tout de sérénité et d’humilité, n’est-ce-pas?) que j’ai envisagé cette tenue.

Je voulais, pour commencer, une jupe midi à plis: j’en avais vu plein sur des photos que je trouvais super belles. Portées par des mannequins, bien sûr, c’est à dire des filles dont le métier est d’être belles: peut-être que ça aurait pu me mettre la puce à l’oreille…

J’ai utilisé le patron de la jupe Rachel de La Maison Victor que j’ai rallongée.

Je trouve finalement que cette jupe est une demie réussite: la taille n’était pas assez serrée, ce qui gâchait l’effet de contraste entre la ceinture et les plis. J’ai donc rajouté des passants pour mettre une ceinture. Cette partie est une réussite inattendue: la ceinture finit la tenue et permet l’option « je desserre d’un cran » en cas de repas abondant. Ce qui me chiffonne, c’est plutôt la coupe générale: ce jeu de plis met l’accent sur la partie charnue de mon anatomie. Vous me direz que c’est fait pour, je vous répondrai que je n’ai visiblement pas eu l’intelligence d’y penser avant! De plus, la longueur midi tasse un peu la silhouette et, comme je n’ai pas les jambes interminables des mannequins des photos…

Par contre, le tissu me met en joie à chaque fois que je le regarde! C’est de la double gaze à petits pois et étoiles dorées trouvée chez Toto: j’aurais pu me coudre un sac à patates dedans et le porter avec plaisir quand même! En conclusion, cette jupe est sauvée par son tissu!

Pour le haut, j’ai utilisé le patron du caraco Cédrat de Maison Fauve. Ce patron est une pépite sur laquelle je vous conseille de vous ruer:

  • Il est gratuit (la couture pouvant être un loisir coûteux, je pense que tout le monde verra l’utilité de cet argument).
  • Il nécessite peu de chaque tissu, vous pourrez donc utiliser vos chutes (voir l’argument ci-dessus).
  • Il est très facile et très rapide à réaliser (deux heures pour moi).
  • Il offre plein de possibilités de faire jouer votre créativité en associant les tissus.

Pour ma version, j’ai utilisé une dentelle jaune achetée l’an dernier chez Mondial Tissus pour faire une robe à ma fille et un coton/soie beige acheté chez Bennytex pour me faire une chemise (deux coupons en moins: mon armoire à tissus était contente!). Pris séparément, ces deux tissus étaient transparents mais ils ne le sont plus ensemble. Sous certains angles, on aperçoit juste la dentelle sous le coton/soie, ce que je trouve charmant.

Ce modèle se vantait d’avoir un décolleté dos « soutien gorge-compatible ». Mais comme je voulais un décolleté « wahou! » et « je-n’ai-peur-de-rien-surtout-pas-de-me-passer-de-soutien-gorge » compatible (où va se nicher notre orgueil, n’est ce pas?), j’ai descendu la pointe du dos de dix centimètres.

Bilan: un haut qui correspond à l’objectif de départ et une jupe sur laquelle je garde un point de vue mitigé.

Mais même si je ne prouve pas ma valeur au monde avec cette tenue (et avec quelle tenue le pourrait-on, finalement?), le temps passé à la réaliser m’aura détendue. Donc: plus de colère et la satisfaction ne ne pas tout faire de travers, on peut dire que je suis sauvée (l’infirmière qui aurait été chargée de me donner mes médicaments aussi, certainement)

Et vous, ça vous arrive de vouloir faire une pièce juste pour vous la jouer « show off » quand vous la portez?

2 réponses sur « La tenue « Parce que je le vaux bien » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s